• Home
  • A propos de Moi
  • Contacte-Moi
  •  

    L’Energie du futur pour l’Europe viendra du désert (Nord-) Africain, sans les Africains propriétaires de ce Sahara!

    May 29th, 2012

    Selon le rapport TRANS-CSP 1) l’Europe pourrait annuellement couvrir 15 % de sa demande totale énergétique sous forme d’énergie solaire provenant du désert (Nord-) Africain d’ici 2050. Pour réaliser cette vision une douzaine de grandes multinationales 2) de la finance, de l’industrie et de l’énergie d’Allemagne ont créé le Grand Projet «Desertec». Les coûts de ce projet visionnaire pour l’Europe sont estimés à 400 milliards d’euros. Cette énergie «verte» sera produite par le «solaire thermique». Les États (Ouest-) Africains qui partagent le grand Sahara (nord-) africain avec l’Afrique du Nord, dont il est question, pourront-ils jamais justifier devant l’histoire et les futures générations africaines, pour encore une fois, s’être exclus de projets d’une telle envergure?

    Les États négocieront du 7 au 18 Décembre 2009 à Copenhague (Danemark) âprement la réduction des émissions du dioxyde de carbone (CO2) afin de ralentir le réchauffement climatique global. «Desertec» est un plan pour démontrer que des systèmes d’approvisionnement en énergies «vertes», moins agressifs contre l’environnement, pourraient techniquement fonctionner et être économiquement rentables. Un tel concept appelé «Solar Grand Plan» existe aussi aux États-Unis (voir Image 1, ci-haut).

    Principe de fonctionnement de l’idée

    Les quantités d’énergie contenue dans les rayons que le soleil fait quotidiennement crépiter sur la surface du désert (nord-) africain sont immenses (plus de 2800 kWh/m2/an). Ces rayonnements seront rassemblés et concentrés sur les surfaces gigantesques des miroirs paraboliques solaires (voir Image 2, ci-contre). Avec cette énergie l’eau sera chauffée à l’état de vapeur. Avec cette vapeur sera propulsée une turbine, qui elle à son tour, fait tourner le générateur. Ce générateur produira à son tour l’électricité.

     

     

     

     

     

    Les techniques applicables pour rassembler et concentrer les rayons solaires sur une surface

    Avec quatre (4) méthodes principales les rayons solaires peuvent être rassemblés et concentrés sur une surface pour produire de l’énergie:

    • Miroirs collecteurs paraboliques: des miroirs creux sont courbés en sorte qu’ils concentrent la lumière solaire le long d’un tube en glas (voir Image 2, ci-haut). Ce tube s’appelle «accepteur». Cet accepteur contient une huile spéciale qui est chauffé à 400 °C par la lumière fortement concentrée. Cette huile chauffe à son tour l’eau à l’état de vapeur. La vapeur sous haute pression entraine une turbine. Cette turbine fait tourner un générateur. Ce générateur produit le courant électrique. Tout le long de la journée les miroirs sont, avec l’aide des moteurs, automatiquement pointés dans la direction du soleil pour obtenir l’intensité optimale des rayons solaires 
    • Collecteur-Fresnel (lire: Frenell): ces collecteurs fonctionnent comme les miroirs collecteurs paraboliques. Cependant, le miroir n’est pas constitué en une seule unité mais en plusieurs petites unités de miroirs plats
    • Tour solaire: ici l’accepteur est au sommet d’une tour. Tout autour sont placé des miroirs (non voûtés). Au sommet de la tour se crées grâce à l’effet de serre des températures pouvant atteindre jusqu’à plus de 1000 °C. Cette température est suffisante pour chauffer l’air pour actionner une turbine à gaz
    • Paraboles (Antennes) solaires: un parabole concentre sur le centre de l’accepteur les rayons solaires. Avec l’aide de moteur sterling le courant électrique peut être ainsi directement produit. 

    Remarque

    Les avantages de la thermie solaire sont nombreux. Une centrale solaire thermique produit de la chaleur, qui se laisse mieux stocker que le courant électrique. De gigantesques réservoirs qui contiennent de milliers de tonnes de calcium et de nitrates de sel liquide sont accouplés à la centrale. Les liaisons chimiques ne sont pas toxiques. Une partie de la chaleur produite est conduite dans les réservoirs. Cette chaleur sera par exemple utilisée la nuit pour faire tourner la turbine.

    Et les tempêtes de sable? Depuis près de 20 ans maintenant fonctionne la centrale solaire thermique (voir Image 1, ci-haut) dans le désert californien de Mojave sans problème. En cas de tempêtes de sable les miroirs sont tout simplement immobilisés dans une positon permettant de les protéger. 

    Le coût du kilowatt-heure de l’énergie solaire thermique (dans les pays ayant cette technologie) se situe en moyenne actuellement autour de 20 euros-cents contre environ 6 euro-cents pour le kilowatt-heure de l’énergie conventionnelle. Donc la longue période (d’ici 2050) de mise sur marché de ce produit en série est justifiable.

    Et l’instabilité politique, l’insécurité dans les pays riverains du Sahara? Ceci reste quand même un risque majeur pour ce projet «Desertec».

    Le transport du courant électrique du désert (nord-) africain en Europe

    Le soleil ne peut pas être transporté comme le charbon, le pétrole, l’uranium, etc. Pour faire bénéficier, à grande échelle, les consommateurs de l’énergie provenant du soleil il faudra construire les centrales solaires thermiques où se trouve du soleil en abondance et transporter l’énergie produite sur de longues distances.
    La technique de transport sur de longues distances, sans grandes pertes (3 % par 1000 km), du courant électrique la plus appropriée est la technique Courant Continu Haute Tension (CCHT).
    Cette technique est bien expérimentée aussi bien sous les mers et océans que sur terre, voir le projet «NorNed» d’ABB en Norvège. La centrale hydroélectrique de la ville de Xiangjiaba approvisionne Shanghai à 2000 km en électricité à partir d’une ligne CCHT.

     

     

     

     

    Les pays et régions intéressés à la technologie de la thermie solaire

    En plus de la région Union Européenne, Moyen Orient, Afrique du Nord (EU-MENA), la Mauritanie, la Jordanie, l’Afrique du Sud, la Chine et l’Inde s’intéressent vivement à cet important projet visionnaire «Desertec». Sa puissance installée devrait atteindre 100 gigawatt en 2050. Le réseau électrique en projet est présenté au-dessous (voir Image 4). Pour l’instant aucun pays au sud du Sahara riverain du grand Sahara, dont il est question ici, n’a annoncé sa participation active à ce projet. L’histoire du transfert des hautes techniques énergétiques et technologiques «vertes» se joue donc aux portes de l’Afrique sans les Africains. Pourquoi les Africains ne s’invitent-ils jamais eux-mêmes à la table quand on décide maintenant du destin global de l’humanité? En tout cas en plus des avantages techniques et technologiques et en considérant la montée continuelle du prix du pétrole et les coûts liés aux émissions du dioxyde de carbone (CO2) le courant électrique produit à partir du solaire thermique sera dans quelques dizaines d’années compétitif. Aussi le projet Desertec prévoit d’approvisionner les populations des régions concernées en eau potable par déssalement de l’eau de mer.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    1) …. TRANS-CONCENTRATING SOLAR-THERMAL POWER PLANT
    2) …. Dont ABB, SIEMENS, E.ON, RWE, Münchner Rück, SCHOTT Solar, etc.
    Les images dans cet article ont été aimablement fournies par les entreprises citées ci-haut et Spiegel online. Merci.