• Home
  • A propos de Moi
  • Contacte-Moi
  •  

    TECH CHECK: La Chine possède le Superordinateur le plus puissant du monde

    October 29th, 2010

    L’ordinateur chinois «TIANHE-1A» calcule à une vitesse plus rapide que celle obtenue par l’Ordinateur superpuissant américain «Jaguar Cray XT5-HE Opteron Six Core 2.6 GHz». Du coup, la suprématie technologique de l’Occident se trouve menacée.

    La Chine est toujours soupçonnée de «copier» la technique occidentale. Souvent à tort. En fait, la Chine est entre-temps une Superpuissance en innovations. La Chine a le «Barrage des Trois-Gorges», qui est le barrage hydroélectrique le plus puissant au monde avec une puissance de 22.500 MW, sur le fleuve Yangtsé. Entre Shanghai et Hangzhou roule le train le plus rapide au monde, avec une vitesse de 350 km/h. Et maintenant la Chine possède l’Ordinateur le puissant au monde, le TIANHE-1A. Cet Ordinateur superpuissant entrera en service très bientôt. Il brillera désormais dans «la première ligue» de la technique des Superordinateurs, menée jusqu’á présent par les USA et l’Allemagne.

    Avec une puissance monstrueuse de 2,507 pétaflops*), cette machine surpasse le célèbre calculateur «Jaguar Cray » du «Oak Ridge National Laboratory» aux Etats-Unis, qui jusqu’à maintenant menait la liste des Top-500 Supersordinateurs. La puissance du Mégaordinateur «Jaguar Cray» (au Tennessee), construit par le pionnier en construction des Ordinateurs géants, Cray, possède une puissance de calcul de 2,3 pétaflops. L’ordinateur le puissant d’Allemagne, qui se trouve au Centre de Recherche Juelich (Forschungszentrum Juelich, FZJ) a tout de même une puissance de calcul d’un (1) pétaflops et occupe la 5. place dans le «Ranking» des 500-Top Superordinateurs.

    Performance

    14.336 Processeurs à Multiple-Noyaux de Server de Intel constituent la base technologique du géant TIANHE-1A. 7168 processeurs graphiques (Graphic Processing Unit, GPU) spéciaux ($US 2500 l’unité) de nVidia forment le cœur du système de calcul mathématique. Sans ces chips il aurait fallu 50.000 Processeurs-PC pour atteindre la même puissance de calcul. Cette performance technologique a permis d’éviter de doubler le besoin en place et de tripler la consommation en énergie électrique de l’installation. La consommation en énergie électrique de ce Superordinateur est spécifiée à 4,04 Mégawatts (équivalent à l’approvisionnement en énergie électrique d’environ 2500 ménages en Chine). La machine géante TIANHE-1A est localisée à Tianjin, ville industrielle au nord de la Chine, qui héberge les industries de l’acier, du textile, et de l’électronique. Cette machine géante sera en opération dans dans la météo et au National Offshore Oil Corporation.

    Remarque

    Le principal challenge pour construire de tels Ordinateurs géants, est la maitrise de la technologie du fonctionnement de couplage sans problème entre ses nombreux chips. Ces chips, à leur tour, sont, en fait, constitués de très petites unités de semi-conducteurs, qui doivent interchanger les informations à de très grandes vitesses. C’est ici que les avancées technologiques des entreprises occidentales spécialisées étaient significatives. A présent, la Chine est en tête là aussi. Les Scientifiques et ingénieurs chinois ont, selon Jack Dongara (University of Tennessee), trouvé une nouvelle technique d’interconnexion interne des Superordinateurs capables de fonctionner à de plus grandes vitesses que celles spécifiées selon le Standard Infiniband.

    La Chine, bientôt indépendante des producteurs de chips électroniques occidentaux?

    Selon Jack Dongara, la Chine travaille intensivement à se libérer des fournisseurs de chips semi-conducteurs occidentaux. Toujours selon Dongara, dans un (1) à deux (2) ans la Chine sera capable de construire ses propres chips électroniques qui seront utilisés dans les Ordinateurs géants chinois. Ceci entrainera une perte économique d’envergure pour les producteurs américains de chips et l’irruption d’un puissant concurrent pour eux sur le marché électronique et informatique. Avec l’aide de la concurrence chinoise les Ordinateurs ne seront plus dépendants des seules technologies de Intel, nVidia et AMD.

    Pour l’instant, ce succès de TIANHE-1A est un problème d’image pour les américains, qui, depuis des décennies, mènent globalement la liste de Top-Superordinateurs, en démontrant ainsi leur suprématie technologique.

    Si la Chine leur disputera durablement la première place pour les Ordinateurs géants, cela sera un coup dur pour l’«état de confiance en soi» des américains dans la prédominance en «high tech». Aussi, cela signifiera pour les dirigeants chinois le signal tant ardemment désiré que la Chine possède un «Système» au moins performant que celui de l’Occident, prenant aussi en compte la technique et la technologie.

    La prochaine liste Top-500 des Superordinateurs sera publiée bientôt. Les chercheurs dans le domaine des Ordinateurs géants peuvent soumettre les performances de leurs machines d’ici le 1. Novembre 2010. Pour ce classement, il est cependant peu probable de gagner contre TIANHE-1A.

    Dans l’actuel classement, Juin 2010, des Top-500 Superordinateurs, l’Afrique est dignement représentée par l’Afrique du Sud à la 461. place sur 500, avec son Superordinateur «SunBlade X6275 and X6250, Xeon X5570 and E5450, Infiniband QDR/DDR».

    Quelques photos des merveilles technologiques chinoises

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    Classement TOP 10 des Superordinateurs, Juin 2010

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    *) FLOPS désigne le nombre d’ «Opérations à Virgule Flottante par Seconde » (en anglais, FLoating point Operations Per Second). 1 pétaflops = 1015 FLOPS


    Alfred Nobel: les Prix Nobel 2010

    October 24th, 2010

    Depuis 1901, le Prix Nobel (Alfred Nobel est fondateur du Prix Nobel) honore des hommes et femmes du monde entier, qui pour leurs remarquables travaux scientifiques en physique, chimie, médecine, littérature et pour leur engagement pour la paix, «ont apporté le plus grand bénéfice à l’humanité». Le Prix Nobel est une reconnaissance internationale administrée par la Fondation Nobel à Stockholm, Suède.

    En 1968 a été crée le Prix Nobel en Sciences Economiques par la Banque Centrale de la Suède (Sveriges Riksbank) en mémoire à Alfred Nobel. Le premier prix Nobel dans ce domaine fut attribué aux suédois Ragnar Frisch et Jan Tinberger en 1969. L’attribution de ce prix se fait, depuis, selon les mêmes principes que ceux utilisés dans l’octroi des Prix Nobel.
    Chaque prix consiste d’une médaille, un diplôme personnel, et une attribution en argent comptant.

    Les lauréats  reçoivent leurs récompenses chaque 10 Décembre (date du décès d’Alfred Nobel) Oslo par le Comité Nobel Norvégien (Prix Nobel de la Paix) et par les Académies de Sciences Suédoises (Prix Nobel de physique, Prix Nobel en Chimie, Prix Nobel de Littérature et Prix Nobel de Sciences Economiques)

    Alfred Nobel

    Alfred Bernhard Nobel, né le 21 octobre 1833 à Stockholm (Suède) et mort le 10 décembre 1896 à San Remo (Italie). Il est un chimiste, industriel et fabricant d’armes suédois. Inventeur de la dynamite, il était propriétaire l’entreprise d’armement Bofors. Dans son testament, rédigé en 1895, il laisse sa fortune de 32 millions de Couronnes Suédoises (environ 3,5 millions d’Euro) comme héritage pour créer le prix Nobel. L’élément chimique nobélium a été nommé ainsi en son honneur.

    Les critères essentiels d’attribution des Prix Nobel

    Les règles d’attribution du Prix Nobel sont en principe souples. Dans chaque discipline, les nominations viennent des propositions d’académies ou instituts de la Suède et du comité norvégien pour le Nobel de la paix et de figures d’autorité internationales. Les propositions sont étudiées en début d’année par un comité spécial, composé de cinq académiciens élus pour trois ans. Les académies fixent une liste finale de cinq noms (ou groupe de noms). Le lauréat est élu en clôture des débats, début octobre. L’identité des récipiendaires est portée à la connaissance de l’opinion internationale, discipline par discipline dans la première semaine d’octobre.

    Le prix ne peut pas être remis de manière posthume (exception, le prix Nobel de la paix décerné en 1961 à Dag Hammarskjöld, secrétaire général des Nations Unies). Même s’il peut récompenser un travail ou une œuvre en particulier, il ne s’obtient qu’une fois dans chaque catégorie. Il n’est cependant pas exclu de remporter deux prix Nobel différents (par exemple, Marie Curie reçut le prix en physique et en chimie).

    Les nominations et le contenu des délibérations sont gardés secrets durant 50 ans.

    Les Prix Nobel 2010

    Médecine
    Le prix Nobel de médecine a été décerné au Britannique Robert Edwards, 85 ans, père de la fécondation in vitro, en ces termes par le comité Nobel: «Ses contributions représentent une étape importante dans le développement de la médecine moderne. Ses découvertes ont rendu possible le traitement de la stérilité qui affecte une large proportion de l’humanité et plus de 10% des couples dans le monde.»
    Près de 4 millions de personnes sont nées depuis grâce à la fécondation in vitro.  Edwards est favorable au clonage humain. L’église n’a pas apprécié le choix Nobel pour Edwards.

     

     


    Physique

    Le prix Nobel de physique  a été décerné au Néerlandais Andre Geim (51 ans) et au Russo-britannique Konstantin Novoselov (36 ans) pour «leurs travaux révolutionnaires sur le graphème». Partant d’un élément aussi commun que le graphite des mines de crayon ils ont réussi à isoler ce nouveau matériau. Il permettra de réaliser les transistors qui «surpassent nettement en rapidité» les versions classiques au silicium, et ainsi de fabriquer des ordinateurs «plus efficaces», a justifié le comité Nobel de l’Académie royale suédoise des Sciences. «Pratiquement transparent et bon conducteur», le graphème est également «compatible pour produire des écrans tactiles transparents, des panneaux lumineux et peut-être aussi des capteurs solaires». C’est dans un article publié en 2004 que les deux scientifiques ont annoncé la découverte de ce nouveau matériau bidimensionnel, car réduit à l’épaisseur d’un atome, composé d’un feuillet unique de graphite avec la structure d’un nid d’abeilles. Contrairement aux autres matériaux bidimensionnels connus jusque-là, le graphème présente des propriétés physiques particulièrement remarquables, à la fois très résistant et excellent conducteur. 

    L’un des aspects les plus appréciés de cette découverte est la simplicité et l’empirisme qui y ont conduit. «Avec du ruban adhésif normal, ils sont parvenus à recueillir une paillette de carbone de l’épaisseur d’un atome seulement», explique le comité Nobel. «C’est un exemple fantastique d’une découverte fondamentale issue de la curiosité scientifique et qui aura des retombées pratiques, sociales et économiques majeures pour la société», s’est félicité la directrice adjointe de l’Université de Manchester, Nancy Rothwell.  

    Etape révolutionnaire dans la miniaturisation électronique, le graphème peut également être utilisé pour ses propriétés mécaniques: malgré son extrême finesse, il est hautement résistant, 200 fois plus que l’acier. Le principal obstacle à sa commercialisation actuelle est son prix de production très élevé.

    Chimie
    Le prix Nobel de chimie a été décerné a l’Américain Richard Heck, 79 ans et aux Japonais Ei-ichi Negishi, 75 ans, et Akira Suzuki, 80 an, pour leurs travaux sur la synthèse organique.  Le comité Nobel distingue les trois chimistes pour l’invention d’«un des outils les plus sophistiqués» de la chimie, «un outil dans la recherche d’une nouvelle médecine»: le «couplage croisé catalysé au palladium».  Cette réaction chimique est utilisée «dans la recherche ainsi que dans la production pharmaceutique et de molécules utilisées dans l’industrie électronique», précise le comité.  

    «L’humanité veut de nouveaux médicaments pour soigner le cancer ou stopper les effets dévastateurs de virus mortels sur le corps humain, explique le comité. L’industrie électronique recherche des substances émettrices de lumière et l’industrie agricole veut des substances capables de protéger les récoltes.»

    Littérature
    L’Académie Nobel a décerné le prix Nobel de littérature 2010 à l’écrivain péruvien Mario Vargas Llosa, 74 ans, récompensé pour «sa description des structures du pouvoir». Son prochain ouvrage, El Sueno del celta [Le rêve du Celte], doit paraître début novembre dans le monde hispanophone. Il y évoque la personnalité de Roger Casement (1864-1916), nationaliste irlandais qui fit la guerre aux côtés des Allemands en 14-18 et critiqua le système colonial en Afrique et au Pérou.

     

     

     

     

     

     

     


    Prix Nobel de la Paix

    Ce prix a été attribué au chinois Liu Xiaobo, 55 ans, par le comité Nobel «pour son long combat de non-violence pour les droits humains fondamentaux en Chine». La Rép. Populaire de Chine a violemment attaqué ce choix.

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    Sciences Economiques

    Le prix d’économie en mémoire d’Alfred Nobel 2010 couronne des théoriciens néoclassiques du marché du travail. En effet le comité du «prix de sciences économiques en mémoire d’Alfred Nobel » de la Banque de Suède ont choisi trois (3) lauréats représentatifs du courant dominant actuellement en économie: deux Américains (Peter Diamond, 70 ans, et Dale Mortensen, 71 ans,) et un Chypriote, Christopher Pissaridès, 62 ans,  pour leurs brillants sur l’«Ecart entre l’offre et la demande».

    Tous trois se sont en effet illustrés essentiellement avec l’idée que certains prix sont relativement rigides: contrairement aux tenants de l’analyse néoclassique habituelle, un écart entre l’offre et la demande sur certains marchés (le marché des logements pour Peter Diamond, celui du travail pour Mortensen et Pissaridès) n’engendre pas, le plus souvent, un mouvement de prix correctif.

    Liste de pays et nombre de détenteurs de Prix Nobel
    près d’un millier de personnalités (dont seulement 41 femmes) incluant 20 organisations ont reçu le Prix Nobel De 1901 en 2010, voir tableau. Les organisations se font représenter par des personnalités dans ce tableau.

    Deux (2) lauréats: Jean Paul Sartre (Prix Nobel de littérature, 1964) et Phan Dinh Khai ou Le Duc Tho (Prix Nobel de la Paix) déclinèrent volontairement le Prix Nobel.

    Adolf Hitler contraignit les Allemands Richard Kuhn, Prix Nobel de Chimie 1938, Adolf Butenandt, Prix Nobel de Chimie 193 et Gerhard Domagk, Prix Nobel de Physiologie ou médecine 1939 à refuser ce prix, mais ils en prirent possession après la Seconde Guerre mondiale.

    Le gouvernement soviétique contraignit Boris Pasternak à décliner le prix Nobel de littérature 1958.

    Les mathématiques ne sont pas récompensées par un prix Nobel. Leur absence est source de discussion, Alfred Nobel ne s’étant pas expliqué.