• Home
  • A propos de Moi
  • Contacte-Moi
  •  

    Copenhague: la montagne accouche d’une souris

    January 31st, 2010

    La «dette climatique» des pays occidentaux à l’égard des pays en voie de développement n’est pas de l’aumône, mais un dû
    Par Mohamed Benhaddadi*, 28 Décembre 2009

    Ainsi donc, contrairement aux souhaits des pays en voie de développement (PVD), ce n’est pas un traité avec des objectifs contraignants de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) tant pour 2020 que pour 2050 qui a été signé à Copenhague, mais plutôt une simple déclaration politique, comme le favorisaient nombre de pays riches. Bien plus, les pays les plus vulnérables n’ont même pas pris part aux discussions finales quand a été «pondu» l’accord entre les États-Unis, la Chine, l’Inde, le Brésil et l’Afrique du Sud.

    Certains évaluent déjà à 10 % la réduction des émissions que cet accord va induire en 2020, alors que le Groupe Intergouvernemental d’Experts sur l’Évolution du Climat (GIEC) recommande une diminution de 25 % à 40 %. Pour ce qui est de l’aspect financier, les pays industrialisés se sont engagés à verser 10 milliards de dollars par an en 2010, 2011, 2012 et ont fixé un objectif de 100 milliards d’ici 2020 pour les pays en voie de développement (PVD) touchés par les changements climatiques (inondations, sécheresses), autant dire des miettes par rapports à l’impact appréhendé.

    Sort déjà scellé

    Il faut dire que l’échec de Copenhague n’étonne que ceux qui n’ont pas suivi, le mois dernier, les travaux du Forum de Coopération Asie-Pacifique (Forum de l’APEC), qui a préjugé comme irréaliste la conclusion de tout accord contraignant pour cette année. Lors de ce forum, les États-Unis et la Chine, une sorte de nouveau G2, avaient déjà scellé le sort de Copenhague en verrouillant, par leur position respective figée, toute avancée des négociations. Ce n’est pas faire injure aux PVD et aux Européens que d’affirmer que Copenhague a, en fait, consacré le nouveau rapport de force du nouveau couple Chine-États-Unis, où le climat sera un élément-clé de négociation de ce duo infernal, responsable de plus de 42 % des émissions mondiales de GES.

    Il n’y a aucun doute que les États-Unis sont à blâmer au premier chef si l’accord conclu n’a pas de substance. En moyenne, un Nord-Américain pollue deux fois plus qu’un Européen, cinq fois plus qu’un Chinois et 15 fois plus qu’un Indien. De ce fait, ce n’est sûrement pas en montrant du doigt la croissance faramineuse de la pollution en Chine, qu’ils traitent au demeurant comme l’ennemi de demain, que les États-Unis pourront gagner en crédibilité. Or les États-Unis, qui sont responsables de 20 % de l’ensemble des émissions mondiales, ne s’engagent à les réduire que de 3 % à 4 % à l’horizon 2020 et par rapport à l’année de référence 1990, alors que les scientifiques du GIEC disent que, si on veut limiter le réchauffement climatique à 2 °C, il faudrait réduire le niveau de pollution de 80 % d’ici 2050.

    Obligations

    Il faut rappeler que, déjà à l’époque de Bill Clinton et des négociations de Kyoto, les Américains n’ont convenu de signer que moyennant l’acceptation de leur idée d’instaurer un système d’échange de droits d’émissions, ce qui n’a pas empêcher plus tard le gouvernement de Bush de dénoncer le protocole de Kyoto. Aujourd’hui, certains ont voulu passer l’éponge sur Kyoto et trouver des circonstance atténuantes à Barack Obama, arguant qu’il est pieds et points liés par le Congrès dont l’ordre du jour n’est pas, nous dit-on, compatible avec la rencontre de Copenhague.

    Le comble est de voir se présenter le président Obama les mains vides, mais en sauveur du sommet, alors que son pays a été le frein principal à un accord acceptable par tous. Après son net désengagement vis-à-vis du problème israélo-palestinien et son manque d’engagement à Copenhague, on peut légitimement se poser la question de la pertinence de lui avoir attribué le prix Nobel de la paix. En 2005, quand l’ouragan Katrina a frappé de plein fouet la Nouvelle-Orléans, les Américains se sont brutalement rendu compte que la force politique, économique, militaire et financière de leur pays est insignifiante devant celle de la nature. Même si le lien entre les changements climatiques et la nouvelle force des ouragans qui s’étalent de juin à novembre n’est pas encore scientifiquement établi, un ouragan de force 5 avant la tenue du sommet «Conferences Of The Parties» (COP16) de Mexico 2010 est de nature à rappeler aux élus américains que, à l’image des autres Terriens, ils ont aussi des obligations envers la planète Terre.

    La Chine

    Si Copenhague n’a pas débouché sur des résultats tangibles, c’est aussi en raison de la nouvelle rivalité entre pays riches et pays émergents, communément appelés pays du BRIC (Brésil-Russie-Inde-Chine).

    Avec 22 % du total mondial, la Chine est désormais le premier émetteur de GES, et ses émissions causées par les combustibles fossiles (pétrole, gaz et surtout charbon, qui compte pour 80 % de l’approvisionnement énergétique de son économie) ont été multipliées par trois depuis 1990, contribuant ainsi à la moitié de la croissance des émissions mondiales de carbone.

    De par son statut de PVD, à Kyoto, la Chine n’a été soumise à aucune obligation dans la lutte contre les changements climatiques. Bien plus, grâce à sa politique volontariste, ce pays a attiré la majorité des investissements dans le cadre du «mécanisme de développement propre». Face à ses détracteurs, au demeurant de plus en plus nombreux à lui demander de maîtriser sa pollution, Pékin rétorque par son droit au développement, les efforts entrepris dans la décarbonisation de son économie et la responsabilité historique des pays industrialisés dans la dégradation de l’environnement.

    Aussi, la Chine est fondamentalement opposée à la taxe sur le carbone et a proposé cette année que la comptabilité des émissions carboniques se fasse sur la base du lieu de consommation des produits et non sur celui de la production. En fait, à travers cette argumentation, la Chine entend rester en dehors de tout traité international contraignant, y compris la vérification de la réduction de son intensité carbonique. Pour maintenir son statut, la Chine s’est constamment alignée sur les PVD, alors que certains parmi ces derniers comptent sur son poids économicopolitique pour défendre leurs intérêts dans la géopolitique du climat.

    Mais, à terme, la situation chinoise semble intenable, même si elle est plus défendable que celle des États-Unis. Dans un effort mondial de réduction des émissions de GES, la croissance faramineuse des émissions chinoises annulera automatiquement tout effort commun des autres pays. Aujourd’hui, la Chine, qui construit une centrale thermique au charbon de 1000 mégawatts (MW) chaque semaine, ne peut plus se cacher derrière les jupons des PVD, surtout que sa compréhension du principe de responsabilité commune mais différenciée est étriquée.

    Ce principe, mis de l’avant lors de la négociation de Kyoto, avait pour noble objectif de donner un répit supplémentaire aux économies émergentes, avant de leur demander une contribution pour la réduction de leurs émissions dans ce qui allait suivre dans le post-Kyoto. Le propos ici est également de faire comprendre que la plus grande menace au développement économique des pays émergents ne réside pas tant dans la limitation de leur croissance économique, mais dans le dérèglement climatique. La Chine compte déjà 13 des 20 villes les plus polluées dans le monde, la désertification et les pluies acides sont des problèmes réels et le pays ne peut plus préserver la situation avantageuse dont il bénéficie grâce au protocole de Kyoto. Une superpuissance a également des devoirs.

    L’Union européenne

    Le grand perdant à Copenhague a été l’Union européenne (UE), incapable de peser sur les négociations et qui est rentrée dans le rang, arguant à l’arrivée qu’un mauvais accord est meilleur que pas d’accord. Pourtant, avec sa politique volontariste de réduire d’au moins 20 % ses émissions en 2020, elle apparaissait comme la locomotive et le médiateur parfait. Le front commun que l’UE a essayé de constituer, avec quelques pays émergents et quelques pays pauvres, n’a pas résisté à l’épreuve du terrain et au triumvirat États-Unis-Chine-Inde.

    Aussi, l’effort de réduire sa pollution de 20 % est nettement moins ambitieux qu’il ne paraît de prime abord: la moitié du chemin est déjà faite, car l’UE bénéficie de la décarbonisation massive de ses membres issus de l’ex-bloc de l’Est. L’échec de l’Europe est aussi la conséquence de son manque de coordination et de la démarche en cavalier seul du président français, qui a mis de l’avant son plan justice-climat, au détriment du plan européen énergie-climat, donnant ainsi une énième preuve de son ego démesuré.

    Il serait malhonnête de reprocher à la France de vouloir des cibles substantielles de réduction des émissions de GES; bien plus, cela l’honore. Dans le même temps, le non-dit est que cela ne pourrait se faire sans un recours massif au nucléaire, une filière onéreuse et en nette perte de vitesse ces deux dernières décennies. Il est vrai que, à Kyoto, la filière nucléaire a été sortie par la porte, puisqu’elle n’a pas été reconnue comme une source d’énergie propre et renouvelable; dans les négociations post-Kyoto, certains essayent de la faire revenir par la fenêtre en la boostant sournoisement, contre vents et marées.

    Imbroglio canadien

    Si, par dérision, on dressait une liste des pays de l’«axe du mal écologique», le Canada va désormais figurer en position de tête, alors que le pays était, il n’y a pas encore longtemps, avant-gardiste dans la défense de l’environnement, comme l’atteste le Protocole de Montréal sur les substances qui appauvrissent la couche d’ozone. Il faut dire que, depuis Janvier 2006, le pays est sous la gouvernance de conservateurs qui n’ont absolument rien à envier à l’obscurantiste Bush. En politique étrangère, c’est l’alignement total sur les États-Unis, avec même un zeste zèle, comme l’atteste le fait que le pays a été le premier au monde à couper les ponts avec les Palestiniens, qui venaient d’élire démocratiquement le Hamas.

    Dans le domaine de l’environnement, ce gouvernement se fait davantage le porte-voix des intérêts des compagnies pétrolières qui exploitent les sables bitumineux, un pétrole deux à trois fois plus polluant que le Brent habituel. Il faut ajouter que l’actuel premier ministre, Stephen Harper, a dit, du temps où il était dans l’opposition, que les changements climatiques étaient un complot socialiste, alors que la calotte polaire arctique se rétrécit et que la disparition de la banquise permanente au pôle Nord se fera dans un avenir à moyen terme.

    Mais le Canada est un pays démocratique, avec une société civile active, engagée et massivement présente à Copenhague pour faire entendre un autre son de cloche. Aussi, au grand dam d’Ottawa, le système fédéral a permis de faire entendre l’avis de l’opposition et des gouvernements provinciaux qui, à l’image du Québec, militent activement pour que le pays se donne un ambitieux programme de réduction de ses émissions de GES et prenne 1990 pour année de référence. Cette même société civile est en train de mobiliser la population pour que le Canada ne soit pas juste à la remorque des États-Unis et puisse retrouver son statut de nation respectée dans les instances internationales.

    Cap sur Mexico

    Les pays industrialisés sont responsables de la quasi-totalité des émissions de GES qui stagnent dans l’atmosphère, causant un dérèglement climatique auquel les PVD sont les plus vulnérables. De ce fait, la «dette climatique» à l’égard des PVD n’est pas de l’aumône, mais un dû, surtout que les experts sont aujourd’hui en mesure de quantifier en termes monétaires les dommages irréversibles causés à l’environnement. Aux dernières nouvelles, il semble que les PVD ne sont pas contents des résultats de la rencontre de Copenhague et ils l’ont fait savoir.

    C’est plus que légitime, sachant qu’ils ne sont pas responsables des changements climatiques attendus, alors qu’ils vont en subir le plus grand préjudice. Ces pays peuvent compter sur l’appui des experts, des tribunaux et de la société civile des pays développés pour obtenir des compensations. Pour que la démarche soit crédible, il est approprié que les gouvernements de ces PVD libèrent leur propre société civile du joug dans lequel ils la maintiennent. En Attendant, il est nécessaire que les PVD puissent trouver leur propre voie et méditer leurs alliances passées, que ce soit avec les Chinois ou d’autres. La question est avant tout économique: Les Américains défendent leurs intérêts propres, l’UE et les pays émergents en font tout autant. La leçon peut être apprise par les pays en de développement. Rendez-vous pour cela à Mexico en 2010.

    ***

    Par Mohamed Benhaddadi
    www.ledevoir.com/environnement/climat/280108/copenhague-la-montagne-accouche-d-une-souris


    *) … Mohamed Benhaddadi, Ph.D en génie électrique, est professeur associé à l’École Polytechnique de Montréal et expert en énergie. A ce titre, il est impliqué dans le débat sur l’énergie au Québec (Canada) par des interventions au sein de la Régie de l’Énergie du Québec et en Commission Parlementaire sur l’Énergie. M. Benhaddadi est l’auteur de plusieurs travaux dans le domaine de l’énergie et des entraînements électriques. Son domaine d’interêt couvre également l’économie d’énergie et l’environnement. Son dernier livre paru en 2008, s’intitule Dilemmes énergétiques.